souris_blanche

Le syndrome d’Ondine est une pathologie qui touche la commande centrale du système respiratoire, c’est-à-dire la capacité à respirer sans réfléchir. L’origine génétique du syndrome a été établie. Le défaut du système autonome se traduit par une hypoventilation alvéolaire se produisant le plus souvent durant les phases de sommeil lent. Les Ondines ont une absence ou une diminution à la réponse de la variation du CO2.

Actuellement les chercheurs de Robert Debré, l’équipe du Docteur Gallego étudie cette capacité ou cette incapacité de réponse à la variation du CO2 sur des souriceaux mutants. L’étude physiopathologique de la maladie va permettre de comprendre pourquoi les réactions chimiques ne se font pas au niveau des chémorécepteurs. N’oublions pas que la ventilation est en partie régulée par ces chémorécepteurs (périphériques et centraux). Ils sont les agents de transmission de l’information pour permettre aux divers organes (cage thoracique et voies aériennes supérieures) et le diaphragme d’être stimulés. Sans ce chemin de l’information plus rien ne fonctionne. D’où la nécessité pour nos enfants d’une ventilation mécanique pendant les périodes de dysfonctionnement (le plus souvent pendant les périodes de sommeil et les périodes infectieuses).

Ces recherches vont mettre en évidence dans un futur (le plus proche possible) quelle molécule (protéine) ne réagit pas. Les recherches sur les souriceaux mutants, porteurs du gène Phox2b mutant, ont pour but de déterminer où se produit exactement le dysfonctionnement. Pour cela les souriceaux sont dans une chambre où l’on fait varier le mélange gazeux (O2/CO2). Des mesures sont effectuées à intervalles réguliers. Il en résulte que les souriceaux Phox2b ont :

  • Une réponse ventilatoire à l’hypercapnie (Augmentation du gaz carbonique dissous dans le sang) très diminuée à 2 jours de vie mais elle se normalise à 10 jours de vie
  • Une réponse à l’hypoxie normale (diminution de la quantité d’oxygène dans le sang) mais ont une dépression hypoxique accentuée
  • Une anomalie de différentiation neuronale dans des noyaux qui participent au contrôle respiratoire.

souris_blancheLes souriceaux PHOX2B par rapport à un souriceau normal ont une réaction diminuée face à une augmentation de CO2. Le retour à un taux normal d’O2 dans le sang est plus long. Les souris PHOX2b mutantes présentent donc des anomalies ventilatoires de la réponse à l’hypercapnie.

Mais le phénotype des souris se différencie du syndrome humain sur les points suivants:

  • Les réflexes respiratoires à l’hypercapnie sont perturbés et existants
  • Les anomalies de la réponse à l’hypercapnie disparaissent à 10 jours de vie. Cette capacité à la récupération fonctionnelle n’existe pas dans la forme humaine du syndrome.

Les objectifs de la recherche pour cette année seront de voir si cette récupération partielle à 6 jours ne serait pas déjà présente à 2 jours. Donc des tests seront faites sur des souris mutantes de la naissance à 2 jours. Quels sont les processus de récupération fonctionnelle du souriceau mutant PHOX2B. Il va être étudié si le niveau de ventilation dépend du niveau d’éveil et des stades de sommeil. Toutes ces recherche physiopathologiques contribuent à une meilleure connaissance de la maladie et donc à une prise en charge plus adaptée et précoce.

Les souris mutantes :

souris_labo

La souris est un excellent modèle pour définir les fonctions des gènes des mammifères; Elle présente de grandes similitudes génétiques, immunologique, reproductive, physiologique et pathologique avec l’homme. Toutes les recherches d’altération fonctionnelles sont fondées sur le phénotypage c’est-à-dire la définition des critères de fonctionnement (conditionnée par le patrimoine génétique de l’individu et de son interaction avec le milieu et la détection des variations par rapport à la norme). La production de souris mutantes est difficile. Pour permettre une fiabilité dans le criblage phénotype il faut une comparaison fiable entre les différentes lignées de souris. Une clinique des souris a été créée à Strasbourg. Les souris transgéniques sont produites par micro injections d’ADN dans l’embryon. La recherche fondamentale en biologie in vitro (observation faite et validée sur des organismes vivants), la recherche fondamentale en pathologie, la mise au point de nouvelles thérapie ne peuvent être faites que sur l’animal car des études expérimentales ne sont pas possibles sur l’homme.

Urgences Téléphone 24h/24h - Urgence enfants Robert Debré : 01 40 03 22 87  / réanimation | Urgence adultes / réanimation : La Pitié-Salpêtrière : 01 42 17 85 79