Une puce capable de détecter sans contact les variations respiratoires d’un patient … une voie vers plus d’autonomie !

Des chercheurs américains ont mis au point un capteur à puce qui permet de détecter la fréquence respiratoire d’une personne sans aucun contact physique. La puce permet en particulier une surveillance constante des bébés dans leurs lits, des patients hospitalisées et de toutes les personnes présentant des risques respiratoires en phase de sommeil, tels que les patients atteints du Syndrome d’Ondine. Ce capteur peut également être utilisé pour la détection précoce de sommeil soudain des conducteurs de véhicules par exemple.

Ce capteur permet également de nombreuses applications dérivées telles que la surveillance de patients à la maison, grâce à l’envoi des données respiratoires en temps réel au moyen d’un GPS et de l’intervention des premiers secours dans les meilleurs délais. Il peut également être utilisé pour vérifier la bonne forme physique d’un patient, des éventuels passages de fatigue, de somnolence etc…

Le capteur est constitué d’une bande à impulsion radar dont le rôle est de détecter les mouvements respiratoires au millimètre. Le signal fourni par le capteur est sensible aux mouvements de la poitrine et lorsque ces mouvements faiblissent alors une alerte est lancée. Ce capteur fonctionne en conformité avec les réglementations les plus strictes en matière de norme mondiale pour les dispositifs médicaux.

Aujourd’hui, les chercheurs internationaux s’accordent pour dire que ce capteur présente un potentiel énorme pour la surveillance et la prise en charge des patients atteints de maladies respiratoires, afin de pouvoir prévenir et éviter les accidents.

La société Tyndall National Institute développe ce capteur. Elle a été fondée par Science Foundation Ireland (SFI), le Irish Research Council for Science, Engineering and Technologies et la Commission Européenne.

Print Friendly, PDF & Email